Test : Shadow of the Colossus (PS4)

Shadow of the Colossus - PS4

Je fais partie de ces « anciens » qui ont découvert Shadow of the Colossus sur la Playstation 2 il y a maintenant 12 ans ! Bon c’est vrai que je ne peux pas vous certifier sur l’honneur que j’y ai joué en 2006 mais en tout cas c’était bel et bien sur PS2. J’ai d’ailleurs découvert les jeux de la Team Ico avec SOTC et l’ambiance singulière des œuvres de Fumito Ueda.


J’ai par la suite acheté Ico, toujours sur PS2, et cela a confirmé mon amour pour ce genre d’histoire poétique et d’univers mélancolique. Je vous l’expliquais déjà dans mon test de The Last Guardian, je fus super excitée à l’époque de voir un nouveau jeu de la Team Ico avec une espèce de chimère en personnage central ce qui ne m’a pas empêché de me ronger les sangs en attendant qu’il sorte enfin sur PS4.

Et bien, je peux vous le dire maintenant, quand j’ai su qu’un remake total de Shadow of the Colossus allait sortir sur la console de Sony et en voyant les premières images, l’excitation est revenue très vite, un peu comme si je découvrais un quatrième jeu de cette saga singulière.

Il faut bien l’avouer, dès que l’on commence à gambader un peu dans les vastes terres interdites de ce monde désolé avec Agro, notre fidèle destrier, on en prend plein les yeux ! Quel travail magnifique de la part de BluePoint Games ! Je ne pensais pas que c’était possible de faire un remake d’une aussi grande qualité (à savoir que c’est mon tout premier remake).

Tous les screenshots de ce test sont faits maison sur PS4 classique.

Le studio est reparti complètement de zéro, forcément, pour recréer les différents environnements du jeu ainsi que les 16 colosses à affronter. Je l’ai fait sur PS4 classique et je peux vous dire que les graphismes sont déjà à tomber par terre avec une lumière superbe et une ambiance très fidèle au jeu original (j’avais peur de ça justement et bien soyez rassuré, l’atmosphère caractéristique est bien là). Le mode photo permet d’ailleurs de se faire plaisir en prenant de fabuleux clichés.

Les musiques ont été réorchestrées et n’en deviennent que plus belles.

Les vieux de la vieille comme moi seront donc parfaitement comblés en retrouvant leurs souvenirs et leurs émotions de l’époque dans un écrin tout neuf et tout joli.
Pour ceux qui ne connaissent pas du tout Shadow of the Colossus ni aucun jeu de Fumito Ueda, sachez que ce sont des jeux minimalistes qui font la part belle au ressenti et à la contemplation.

Dans SOTC, on incarne donc Wander, un jeune homme qui se rend dans les terres interdites pour ressusciter une jeune femme qui compte pour lui. Est-elle sa sœur ? Sa fiancée ? Une amie très chère ? Nous n’en savons rien. Toujours est-il que notre héros ne peut accepter l’inévitable vérité.

Un rituel mystérieux pourrait la ramener à la vie mais il faut pour cela affronter 16 colosses redoutables et faire face aux conséquences. Le dieu Dormin l’averti que le prix à payer est immense mais se garde bien d’expliquer de quoi il s’agit. Qu’importe, Wander est déterminé.

Les terres interdites portent bien leur nom : elles sont immenses, magnifiques mais personne n’y vit. A part quelques animaux discrets (des oiseaux, des lézards, des tortues ou encore des poissons), vous ne rencontrerez personne. Enfin « personne » c’est vite dit : vous aurez quand même le loisir de terrasser des colosses (d’où le nom du jeu).

Ces derniers ressemblent plus à de gigantesques statues animées plutôt qu’à de vrais être vivants. Malgré tout, comme elles prennent la forme d’animaux et qu’elles sont poilues, il est parfois difficile de se résoudre à planter son épée dans leurs jolies petites têtes.

Le but du jeu est en effet de découvrir où se cache un colosse dans l’immensité de ce monde ouvert grâce à son épée dont le reflet du soleil permet de déterminer la direction à prendre.
Une fois la créature trouvée, il faut analyser son adversaire ainsi que le terrain pour savoir comment tuer le colosse. Des points faibles localisés et brillants vous aideront à savoir où planter votre épée pour faire un maximum de dégâts.

Un colosse peut prendre beaucoup de temps à terrasser car, parfois, la méthode ne saute pas aux yeux. Toute la magie du jeu réside dans l’originalité de ses boss : certains volent, d’autres nagent, il y en a même des plus petits qui se montrent très agressifs.

Retrouvez tous mes Let’s Play de Shadow of the Colossus dans cette Playlist : Vidéos de tous les colosses

La variété des combats est là et vous ne devriez jamais vous ennuyer pendant ces affrontements.
A titre d’indication, un combat peut vous prendre entre 10 et 30 minutes. Tout dépend quel colosse vous affrontez et dans quel mode de difficulté vous êtes.

Pour ma part, ayant déjà fait le jeu une dizaine d’années auparavant, j’ai choisi de commencer direct en difficile pour avoir un peu de challenge. Et du challenge j’en ai eu ! Je vous rassure, on n’est pas dans du Dark Souls et même en difficile, un colosse ne sera jamais insurmontable, c’est juste que vous mettrez plus de temps à l’abattre car il sera plus résistant.

Pendant votre exploration de la carte, vous tomberez sur des lézards noirs à queue scintillante, si vous les tuez, cela augmentera votre endurance ce qui vous permettra de rester plus longtemps accroché aux rebords ou aux poils de vos adversaires.
Vous pourrez aussi manger des fruits en tirant avec l’arc pour les faire tomber des arbres. Ces derniers augmenteront très rapidement votre barre de santé, pratique en cas de grosse chute.

Que dire d’autre ? Les environnements sont assez variés et ce remake leur fait vraiment honneur. J’ai absolument adoré parcourir des forêts, des plaines verdoyantes, des plages, des lacs, traverser des petits ruisseaux ou me perdre dans les déserts.

Des autels sont disséminés un peu partout sur la carte et servent de check point lorsque vous quittez la partie. Si vous priez à ces autels, cela vous évite de recommencer au hub du jeu (qui se situe au centre de la carte et auquel vous revenez après chaque colosse vaincu) et vous permet de gagner quelques kilomètres dans votre exploration.

Une fois le jeu fini, vous pourrez affronter les colosses dans un mode Time Attack pour débloquer des objets spéciaux qui vous rendront encore plus efficace pendant les combats.

Il y a aussi une galerie avec pleins d’artworks à débloquer mais il faut pour cela faire le jeu dans les 3 modes de difficultés + le modes Réminiscence (refaire un colosse déjà tué en cours de partie avec un filtre vieilli sur l’image) et Time Attack.


Conclusion

Un travail remarquable pour un jeu qui l’est tout autant. Bien sûr, tout le monde n’y sera pas sensible. Les plus curieux voudront comprendre pourquoi ce jeu est un chef d’œuvre avec sa fin poignante et seront peut-être déçus de découvrir un monde ouvert relativement vide par rapport aux autres productions.

Vide pour celui qui ne prend pas le temps de s’adonner à la contemplation. Vide pour celui qui ne cherche pas à comprendre l’implication de tuer ces colosses et les conséquences qu’il y aura à la fin du jeu. Vide enfin pour celui qui cherchera à tracer sa route et à finir l’histoire au plus vite.

Prenez votre temps, flânez, observez, écoutez, photographiez et ouvrez un peu votre cœur et votre esprit pour apprécier vraiment cette œuvre. Elle vous demande un petit effort car tout n’est pas évident mais, si vous le faites, pour apprécierez certainement l’expérience…
Merci BluePoint Games. Merci Fumito Ueda.

Shadow of the Colossus - PS4

8.6

Histoire

9.0/10

Gameplay

8.5/10

Musique

10.0/10

Durabilité

7.5/10

Addictif

8.0/10

Aime

  • Les graphismes hallucinants
  • La variété des colosses
  • L'ambiance originale respectée
  • La diversité des paysages
  • La fin

Aime moins

  • Agro qui agace par moments
  • Maniabilité pas toujours précise
  • Manque d'objets spéciaux en 1ere partie
Eve

Eve

Gameuse sur consoles de salon depuis près de 20 ans, webmaster et web designer dans la vie, j'ai souhaité partager ma passion des jeux vidéo ainsi que d'autres sujets dits "geek" dans mon propre site internet.

Articles pouvant vous intéresser...

1 Commentaire

  1. Nipponzilla dit :

    Mon jeu vidéo préféré <3

    Je n'ai vraiment plus le temps de jouer, mais je l'ai quand même acheté à sa sortie sur PS4 en espérant pouvoir contribuer aux bonnes ventes de ce remaster… mais j'ai l'impression qu'il a un peu bidé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.