Test : Rise of the Tomb Raider (One X)

Rise of the Tomb Raider
Second opus du reboot de Tomb Raider opéré en 2013

Si vous me suivez régulièrement sur les réseaux sociaux, vous n’êtes pas sans savoir que j’ai récemment investit du côté de chez Swa… Microsoft en m’achetant leur dernière console en date : la Xbox One X. Il me fallait donc un jeu pour baptiser cette nouvelle venue dans mon antre de geekette blonde.

Mon choix s’est porté sur Rise of the Tomb Raider, la suite du reboot de 2013. Ce dernier est d’abord sorti en novembre 2015 sur Xbox One classique, puis en janvier 2016 sur PC et enfin en octobre de la même année sur PS4, profitant d’une édition spéciale 20ème anniversaire.
Avec la sortie de la Xbox One X, console la plus puissante du marché faut-il le rappeler, Microsoft n’a pas tardé à optimiser Rise of the Tomb Raider sur cette console.

Pourquoi choisir de faire ce jeu 2 ans et demi après sa sortie ? J’aurais très bien pu le faire sur PS4 c’est vrai mais j’avais entendu dire qu’il était magnifique sur One X et j’avais l’intention de m’acheter la console depuis plusieurs mois déjà. En outre, je possède le 1er reboot sur 360 et pour moi, Tomb Raider est une licence Microsoft dans l’âme.

Il faut l’avouer, j’avais aussi un petit créneau en attendant la sortie de God of War (20 avril) et de Dark Souls Remastered (25 mai). Un petit Tomb Raider était donc parfait.


Dans cette nouvelle aventure, Lara Croft poursuit à nouveau les recherches de son père mais cette fois concernant une relique mystérieuse qui aurait donné l’immortalité à un homme appelé « Le Prophète ». On n’est pas loin d’une réédition de l’histoire du Graal ou de celle d’Indiana Jones et la Dernière Croisade, surtout qu’en plus, une espèce d’illuminé aux mains présentant des stigmates cherche aussi à trouver le fameux objet.

Lara part donc en Syrie dans un premier temps pour explorer un temple que son père avait repéré sur une carte. Elle finira par se retrouver en Sibérie, lieu où se passe la majorité de l’aventure.

Dès les premiers pas en Syrie, on voit clairement qu’un boulot de titan a été réalisé sur les décors. J’ai opté pour l’option « graphismes améliorés » pendant ma partie et j’en ai pris pleins les yeux. Je me suis rendue compte que mon investissement n’a pas été en vain et que le rendu sur ma TV UHD 4K est impressionnant !

Le jeu possède une palette de couleurs très réalistes, et si vous avez conservé des réglages similaires sur votre TV, vous verrez qu’il n’est pas sursaturé. Après avoir joué à des jeux comme Uncharted ou Horizon Zero Dawn, cela m’a fait bizarre au début mais je m’y suis vite habituée et j’ai trouvé que cela améliorait l’immersion dans le jeu.

Lara parcours beaucoup d’endroits variés durant cette aventure avec des grandes zones semi-ouvertes. Il y a notamment la zone du complexe soviétique sous la neige ainsi que celle de la vallée géothermique, particulièrement belle avec ses forêts nordiques joliment éclairées d’un soleil bas.

Vous y trouverez pas mal d’animaux à chasser tels que les lapins, les cerfs, divers oiseaux ou encore des animaux plus féroces tels que les ours, les loups ou les panthères, un classique dans les Tomb Raider. Comme dans le premier reboot, chasser vous permettra de récupérer des peaux et autres objets liés à l’artisanat. Vous pourrez fabriquer des nouvelles tenues, améliorer votre arc ou encore fabriquer des flèches spéciales (enflammées, explosives, empoisonnées, etc.).

Le gameplay est vraiment très similaire au Tomb Raider de 2013, cela ne m’a pas gênée car je le trouve très simple à prendre en main, intuitif, bref : efficace.

Certains outils se débloqueront au fil de l’histoire ce qui vous permettra de revenir dans des zones passées pour accéder à de nouveaux endroits. On pense notamment aux flèches grappin, au respirateur, au câble, etc. On fait donc pas mal d’aller-retours dans Rise of the Tomb Raider mais cela reste assez bien foutu pour ne pas qu’on ressente de lassitude.

J’ai particulièrement apprécié de réaliser les défis dans ce jeu, qui sont tous faciles à exécuter et plutôt intéressants. Ce sont des sortes de quêtes annexes où il faut par exemple visiter toutes les grottes d’un lieu ou brûler toutes les affiches de propagande russe disséminées aux quatre coins d’une zone.

Il existe aussi les missions, qui sont cette fois données directement par des PNJ. Cela consistera à récupérer des ressources ou à libérer des prisonniers, etc. Il n’y en a pas beaucoup, les amateurs de quêtes annexes resteront un peu sur leur faim. Pour ma part, cela m’allait très bien ! Cela permet de rester proche de l’histoire principale ce qui favorise l’immersion. happy


Conclusion

Toutes les mécaniques faisant le succès de Tomb Raider, reboot de 2013, ont été reprises dans Rise of the Tomb Raider en y apportant que peu de nouveautés au final. Néanmoins, il faut reconnaître que cette jouabilité est facile à prendre en main et qu’on a plaisir à diriger Lara et à explorer la Sibérie. A titre de comparaison, on se rapproche d’Horizon Zero Dawn, Lara évolue au fil de l’aventure au même titre qu’Aloy, les tenues étant moins cruciales par contre que celles présentes dans le monde robotico-préhistorique.

Côté scénario, ce dernier n’est pas fou-fou et nous rappelle d’autres histoires déjà vues au cinéma par exemple. Le premier était plus intéressant puisqu’on y voyait la naissance d’une aventurière iconique du Jeu Vidéo. Lara était une jeune fille comme tant d’autres au début de l’aventure et grandissait intérieurement à chaque nouvelle épreuve.
Dans Rise of the Tomb Raider, notre héroïne évolue assez peu finalement mais confirme ses talents de pilleuse de tombes. Son caractère bien trempé est d’ailleurs plus accentué dans cet épisode ce que j’ai apprécié.

Globalement, je ne me suis jamais ennuyée sur ce jeu, la durée de vie est toute à fait correcte et doit faire aux alentours de 20 heures (j’avoue ne pas avoir vérifié).
Dans l’ensemble, le jeu m’a surtout impressionnée graphiquement parlant et il a le mérite d’être bien équilibré entre phases d’explorations, quêtes annexes et affrontements. Une belle réussite, j’ose espérer une histoire un peu plus pointue pour Shadow of the Tomb Raider, 3ème (et dernier ?) volet des aventures de notre chère Lara Croft.

Rise of The Tomb Raider - One X

7.5

Histoire

7.0/10

Gameplay

8.0/10

Musique

7.0/10

Durabilité

7.5/10

Addictif

8.0/10

Aime

  • Techniquement très beau
  • Gameplay simple, efficace et complet
  • La vallée géothermique
  • Explorer les tombeaux
  • Les défis

Aime moins

  • L'histoire manque d'originalité
  • Le personnage de Lara évolue peu
Eve

Eve

Gameuse sur consoles de salon depuis près de 20 ans, webmaster et web designer dans la vie, j'ai souhaité partager ma passion des jeux vidéo ainsi que d'autres sujets dits "geek" dans mon propre site internet.

Articles pouvant vous intéresser...

1 Commentaire

  1. 8 juin 2018

    […] un bout de gameplay. J’ai adoré Tomb Raider (le reboot) et j’ai plutôt bien aimé Rise of the Tomb Raider. Je ne l’attends pas avec impatience mais je suis quand même curieuse de voir ce que ça […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.