Critique Hunger Games : La Révolte, partie 2

Hunger Games : La Révolte, partie 2
Rien ne vous a préparé à ce dénouement

Difficile aujourd’hui de ne pas connaître la « trilogie » Hunger Games, que ce soit dans les salles obscures ou sur papier. Après le succès des autres adaptations que furent Harry Potter et Twilight, ce fut au tour de Hunger Games, trilogie littéraire de Suzanne Collins dont le premier tome paru en 2008, de sortir sur grand écran.

Les livres furent un succès mais ce sont bien les films qui transformèrent la franchise en un véritable raz-de-marée propulsant au rang de star hollywoodienne la jeune Jennifer Lawrence, actrice tenant le rôle principal de Katniss Everdeen.

Au cas où vous seriez tout de même passé à côté, je vous remets le synopsis :

Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l’Amérique du Nord, le Capitole, l’impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille – les “Tributs” – concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s’être rebellée et stratégie d’intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s’affronter jusqu’à la mort. L’unique survivant est déclaré vainqueur.

La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. […] Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l’arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l’amour…

Allociné

Au cinéma, la trilogie fut adaptée en quatre films. Le dernier tome se déroulant en deux parties (ce qui semble être la mode depuis quelques années…).

Autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas lu les livres. J’ai découvert comme beaucoup d’entre vous l’histoire et les personnages via le premier film Hunger Games. J’ai bien aimé l’univers et le scénario me rappelait le film Battle Royale en plus soft. Je suis ensuite retournée au cinéma pour connaître la suite de l’histoire avec l’Embrasement et La Révolte, partie 1. Je vous avouerai que j’y allais avec moins d’entrain que lorsque j’allais voir un nouvel épisode d’Harry Potter mais j’en trouvais quand même pour mon argent.

Je ne reviendrai pas sur les événements des trois précédents films puisque la critique de ce jour porte sur le tout dernier en date.

Enfin de l’action !

Cette partie 2 commence juste après la fin du film précédent, ce qui est plutôt logique finalement. On n’a donc pas d’ellipse narrative entre les deux films. Concernant le scénario justement, Katniss souhaite enfin prendre part au combat et ne plus servir d’égérie à la rébellion. Elle a le Président Snow dans le collimateur depuis le premier film et veut donc mettre un terme à sa vie de ses propres mains.

Globalement, j’ai trouvé ce film plus équilibré que son grand frère. Il y a enfin de l’action, contrairement à la partie 1 que j’ai trouvé un peu trop calme. Toute la traversée du Capitole est captivante et c’est d’ailleurs la meilleure partie du film looking-smirk.

Je regrette néanmoins l’absence de moments forts. Je repense notamment à la scène où Katniss chante L’Arbre du Pendu dans la première partie de La Révolte puis celle où tous les rebelles la chantent à leur tour pour affronter les soldats du Capitole. C’est ce type de moments, un brin fédérateur, qui n’ont pas été repris dans cette partie. Le film en ressort un peu moins marquant.

D’ailleurs, le chant mythique du geai moqueur n’est pas non plus repris (celui qu’on a jusque-là entendu dans tous les films il me semble). C’est comme si un film Harry Potter n’avait pas le thème musical emblématique de la saga. Il vous suffit d’entendre les trois premières notes pour savoir que vous êtes dans le monde des sorciers ! La musique c’est aussi ce qui compose l’identité d’un film et plus généralement d’une saga (que serait Star Wars sans son thème culte ?).

La fin d’une saga

Rien ne vous a préparé à ce dénouement.

C’est sûr… J’avais hâte de voir ce film, pour une raison toute simple : je voulais connaître la fin. Que les fans des livres se rassurent, il semblerait que le final soit parfaitement fidèle à celui du livre. Pas sûr que ce soit une bonne chose… Pour faire simple et sans vous spoiler, en tant que spectatrice, j’ai trouvé le final hyper décevantconcerned

En fait, c’est typiquement une fin pour une trilogie de livres mais clairement pas pour du cinéma. Quitte à décevoir les fans, en tant que réalisateur, j’aurais opté pour quelque chose de plus imagé, laissant la possibilité au spectateur de faire sa propre fin.

J’aimerais revenir sur ce final et sur d’autres scènes du film qui ne m’ont pas plût et vous expliquer pourquoi. Donc attention, la section ci-dessous est bourrée de SPOILERS !

Voir les spoilers

Un final dans les choux

Il n’y a que deux choses que je n’ai pas aimé dans ce film et elles se situent à la fin.

1) Le face-à-face entre Snow et Katniss

Cette scène est juste LE moment qu’on attendait tous de voir depuis les événements du tout premier film. Comment Katniss allait-elle le tuer ? Allait-elle seulement le faire ?
Personnellement, je pensais qu’elle finirait par trouver un moyen d’entrer dans son manoir et qu’elle le tuerait en lui faisant bouffer la pilule de sureau. Pour un maître empoisonneur, cette mort aurait été parfaite ! Et bien non… malheureusement ledit face-à-face tant attendu sera extrêmement décevant bitter.

Katniss n’arrivera jamais jusqu’au manoir, elle sera assommée par le souffle d’une bombe qui tuera par l’occasion sa petite sœur Prime Rose. La petite sœur qu’elle a justement tenté de sauver en se sacrifiant pour participer aux Hunger Games à sa place ! En gros, le but de l’histoire est anéanti en deux secondes.

Bien sûr, cette saga ne parle pas seulement de l’amour et des liens existant entre deux sœurs mais surtout comment un peuple opprimé parvient à s’élever contre le système.

Mais tout de même, tout ça pour ça… speechless

Après la convalescence de notre héroïne, on apprend que Snow a rendu les armes et que son exécution approche. La rencontre entre les deux ennemis est vide, vide de sens j’ai envie de dire. J’aurais aimé que Katniss aille au bout de sa vengeance, qu’elle lui hurle sa haine au visage mais la scène de parlotte à laquelle on a eu droit n’a aucun intérêt. Le Président est même totalement transparent alors que quelques temps auparavant, il était prêt à faire régner la terreur. Dommage, cela aurait pu être un grand moment et on est passé à côté…

Que dire de la scène totalement prévisible où Katniss décide de tirer sa flèche sur Coin, la nouvelle Snow souhaitant faire payer le mal par le mal en instaurant de nouveaux Hunger Games. Notre cher Snow finit par périr sous une horde de zombies rebelles désireux d’assouvir leur vengeance, eux.

2) Tout est bien qui finit bien

Si vous avez vu le film à l’heure où j’écris ces lignes, vous savez de quoi je parle silly. La scène qui rappelle étrangement celle du huitième et dernier film de la saga Harry Potter. Une scène qu’on a simplement envie d’oublier. Je vous en parlais plus haut.

Je n’ai rien contre ce genre de fin mièvre à la fin d’un livre et ça me tirerait même une larme à la lire, mais ce n’est définitivement pas adapté pour le 7ème art. J’avais tiqué déjà pour Harry Potter (alors que je suis archi fan et lectrice avertie), mais là je comprends comment cela peut tuer une œuvre.

Pour rappel, Katniss et Peeta finissent par retourner vivre dans la maison où elle a grandi, c’est-à-dire dans le district 12 où il n’y a plus que ruines et cadavres. Loin du Capitole, ils auront deux beaux enfants et vivront heureux le reste de leurs jours (et tourmentés par leurs cauchemars lors de leurs nuits). Voir Jennifer Lawrence en petite robe à fleurs et consolant son bébé fait bizarre après avoir eu l’habitude de la voir porter sa combinaison noire de geai moqueur.

La comparaison des deux aspects de la jeune femme est un peu brutale et j’aurais aimé une fin un poil plus théâtrale. Par exemple, au moment où la commandante de l’armée devient la nouvelle présidente (élue démocratiquement s’il vous plaît) et où Katniss et Peeta seraient présents, on aurait un plan sur Peeta en train de se rapprocher de Katniss et, par un seul regard, comprendre qu’il était redevenu mettre de lui-même in-love.

Un petit câlin ou un petit bisous et puis hop, plan large sur le Capitole et sur Panem en reculant sur un plan vue du dessus, une belle musique épique de fin bien comme il faut et… FIN. Pas besoin de voir la marmaille aux cheveux blonds gambader dans des champs de blé. Un peu cliché certes, mais terriblement efficace.

Alors oui, on aurait eu un tollé de la part des fans mais ils auraient été contents quand même. Et pourquoi ne pas proposer ensuite la fin “cucul la praline” dans les bonus du Blu-ray par exemple ?! Arf, je me suis trompée de métier, j’aurais dû être réalisatrice. cool

Conclusion

Bref, je suis sortie du cinéma avec cette petite déception. C’est con pour un film de finir sur une mauvaise impression, surtout que là, en plus, c’est la fin d’une saga, la fin d’une époque ! Après, ce n’est pas non plus entièrement la faute du réalisateur j’en conviens. C’est surtout Suzanne Collins, auteure des romans, qui n’a pas franchement été inspirée pour son dernier tome.

Cette conclusion donc manque cruellement “d’epicness” si je puis dire. Cette grosse dose d’héroïsme et de moments épiques qui rendent culte une saga toute entière. Tant pis, on se consolera avec la nouvelle trilogie Star Wars (ou pas…).

Eve

Eve

Gameuse sur consoles de salon depuis près de 20 ans, webmaster et web designer dans la vie, j'ai souhaité partager ma passion des jeux vidéo ainsi que d'autres sujets dits "geek" dans mon propre site internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.