[Critique Film] Star Wars VIII : Les Derniers Jedi

Star Wars VIII

Comme beaucoup, j’ai profité des vacances de fin d’année pour aller voir Star Wars VIII : Les Derniers Jedi. Pour rappel, j’avais bien aimé le VII mais j’émettais quelques réserves concernant le scénario du VIII tant celui du Réveil de la Force me semblait calqué sur les deux précédentes trilogies.

Je n’étais pas non plus très emballée par le choix de Adam Driver pour incarner Kylo Ren dont le charisme, pour moi, se rapprochait de celui d’un poisson rouge.
Heureusement à l’époque, j’ai été particulièrement séduite par les nouveaux personnages de BB-8, de Finn et de Poe Dameron dont l’humour toujours efficace m’a permit d’apprécier le film.

Deux ans ont passé avec Rogue One en guise de transition. Voici donc mon avis sur ce nouvel épisode de la saga.


Les Derniers Jedi fait partie de ces films dont on ressort légèrement mitigé, ne sachant pas vraiment si on a aimé ou non. J’avoue l’avoir apprécié dans l’ensemble mais, je ne vous le cache pas, je crois que je l’ai moins aimé que le VII car certains choix scénaristiques importants dont on attendait les réponses dans cet épisode sont assez décevants.

Attention, je ne dis pas que le film est mauvais, loin de là. Disney a fait du beau travail car on retrouve le sel de la saga dans les batailles spatiales à couper le souffle, dans les transitions old school, dans l’humour toujours très présent grâce à des personnages efficaces, dans l’univers et l’ambiance générale.

On s’attendrit devant les fameux petits Porgs ou face à l’espièglerie si bien incarnée par BB-8, on s’enthousiasme à la vue de ces paysages fabuleux et bien sûr on ne peut s’empêcher de frissonner un peu lorsque les sabres lasers sont de la partie.

Les ingrédients sont là et donne cette dose d’assaisonnement qui relève le goût du film.
Par contre, là où le bas blesse c’est quand on gratte un peu l’histoire.

Clairement, ma plus grosse déception dans Star Wars Les Derniers Jedi concerne le personnage de Snoke. Introduit dans l’épisode VII, ce personnage est un vrai mystère et de nombreuses théories sont nées sur internet à son sujet.

Désolé, mais je passe en mode spoiler pour vous dévoiler clairement le fond de ma pensée.

SPOILERS ! Cliquez pour voir

On découvre pendant le film un personnage très intelligent dont les pouvoirs semblent dantesques. Il manipule à sa guise Rey et Kylo à travers l’espace telles des marionnettes. Quelle horreur de voir Snoke se faire découper si facilement par le sabre de Kylo disappointed ! Une ruse si grotesque pouvait-elle réellement tuer un personnage d’une telle envergure ?

Pourquoi Disney a-t-il tué dans l’œuf un personnage aussi fascinant dont tout le monde voulait connaître l’histoire ? Je n’arrive pas à comprendre, d’autant plus qu’aucune question n’a trouvé réponse le concernant. Comment lui et Kylo se sont-ils rencontrés ? Comment a-t-il réussi à manipuler Kylo ? A quels desseins ?

Ben Solo semblait être très doué pour percevoir et se servir de la force, mais il semble qu’il n’était pas le seul dans l’immensité de l’univers. Pourquoi lui ? Qui est réellement Snoke ? Est-il un seigneur Sith ? Quelle est réellement l’étendue de ses pouvoirs ? Comment s’est-il retrouvé à la tête du Premier Ordre ?

Bref, je pourrais en poser encore des dizaines de questions comme celles-ci. Et j’ai du mal à me dire que Disney a réellement tué ce personnage au potentiel si fort.

Une nouvelle théorie naît alors dans ma tête : et si Snoke n’était pas réellement mort ? Avec les pouvoirs qu’ils semblait posséder, peut-être qu’il manipulait quelqu’un en le faisant passer pour lui… Tout est possible finalement vu qu’on ne sait rien et qu’on est obligé d’extrapoler pour éviter d’être frustré.

Immense déception de ce côté là donc.

C’est aussi dans l’épisode VIII que l’on découvre ce qu’il advient de Rey aux côtés de Luke Skywalker. Disney réussit à ne pas reproduire les mêmes schéma maître-élève que par le passé.

SPOILERS ! Cliquez pour voir

J’ai bien aimé pour le coup la relation pas vraiment amicale entre ces deux personnages. J’avais justement peur de revoir un Padawan apprendre à utiliser la Force grâce à son maître. On l’avait déjà vu et revu dans les deux trilogies précédentes, il n’y avait donc aucun intérêt à le revoir.

On découvre un Luke finalement rongé par les remords, n’assumant pas vraiment avoir été le déclencheur qui a fait basculer Ben Solo du côté obscur. Estimant qu’il avait échoué, il décida de mettre fin à l’ordre des Jedi en se retirant loin de tout.

Rey le pousse alors dans ses retranchements en quête de vérité et lui sert finalement de catalyseur pour affronter la réalité et lui permettre de trouver une forme de paix en permettant aux derniers survivants de la résistance de s’échapper de la planète minière où ils se retrouvent acculés par le Premier Ordre.

Le combat entre Luke et Kylo reste anecdotique pour moi même si la façon dont il est filmé est de haute volée. On se souviendra juste que Luke donne toutes ses forces et qu’il finit consumé, d’une certaine manière, par la Force.

Je regrette quand même un peu de ne pas vraiment voir Rey apprendre à utiliser la Force mais ça ne m’a pas trop manqué puisqu’on avait l’occasion de voir son introspection personnelle. Elle n’est pas que Lumière comme Obi-Wan ou Luke, elle a sa part d’ombre comme l’eut été Anakin Skywalker. Mais elle semble fermement accrochée à la Lumière.

Le traitement de son personnage devient vraiment intéressant dans ce huitième volet, et avec lui celui de Kylo Ren.

Si on devait d’ailleurs définir un film par un personnage, j’associerai Star Wars VIII à Kylo Ren car on découvre pourquoi il a choisit le côté obscur de la Force et dans quelles circonstances il en est venu à faire ce choix. Enfin quelques mystères résolus !
Le personnage m’a ainsi paru plus crédible avec d’avantage de relief et finalement je me suis habituée à Adam Driver.

Enfin, dernière petite déception concernant l’intrigue, on passe 2h30 à voir deux gros vaisseaux se poursuivre à vitesse régulière, celui du Premier Ordre attendant gentiment que celui de la Résistance soit en panne de carburant.
Pas très folichon tout ça comparé à ce qu’on nous avait habitué dans les épisodes précédents…

Côté nouvelles têtes, j’ai bien apprécié le personnage de Rose interprété par Kelly Marie Tran dont le côté comique matchait très bien avec Finn.
A part ça, toujours un délice de revoir Poe Dameron (Oscar Isaac) se prendre la tête avec la hiérarchie ou s’en sortir toujours avec brio lors de batailles spatiales.

En conclusion, dans Les Derniers Jedi, il y a à boire et à manger, comme on dit. Il y a de bonnes idées qui permettent de passer un moment sympathique et d’autres qui sont franchement décevantes. Avec du recul, je pense vraiment avoir mieux aimé le Réveil de la Force (épisode VII).

Disney et J.J. Abrams n’auront donc pas intérêt à se planter dans l’épisode IX (prévu pour décembre 2019) sous peine de marquer au fer rouge cette nouvelle trilogie et de décevoir à la fois les fans de la première heure mais aussi ceux désireux de connaître la conclusion de l’histoire.

Eve

Eve

Gameuse sur consoles de salon depuis près de 20 ans, webmaster et web designer dans la vie, j'ai souhaité partager ma passion des jeux vidéo ainsi que d'autres sujets dits "geek" dans mon propre site internet.

Articles pouvant vous intéresser...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.