Critique Uncharted : The Lost Legacy (PS4)

Uncharted The Lost Legacy
Retour du girl power ?

Ayant précédemment joué aux quatre Uncharted mettant en scène Nathan Drake sur PS3 et PS4, je ne pouvais difficilement pas passer à côté de The Lost Legacy. Pour rappel, ce dernier est sorti en août 2017 et devait à l’origine être un DLC d’Uncharted 4.

Il faut croire que les personnages de Chloé Frazer et Nadine Ross avaient beaucoup plus à raconter qu’il n’y paraît puisque ce contenu est devenu un jeu à part entière, et quel jeu !

Je vous explique tout de suite pourquoi…


Graphiquement parlant tout d’abord, puisqu’on atteint des sommets en matière de maîtrise technique. J’ai trouvé Uncharted The Lost Legacy encore plus beau qu’Uncharted 4, déjà impressionnant. Ceci sera laissé à l’appréciation de chacun, le moteur est le même c’est juste que les panoramas hindous de Lost Legacy m’ont littéralement laissée bouche bée !

Le mode photo de The Thief’s End est de retour pour mon plus grand plaisir, comme avec Nathan Drake ou encore Aloy dans Horizon Zero Dawn, j’ai passé un temps fou dans ce mode pour capturer les meilleurs moments du jeu.

Les transitions entre les cinématiques et les phases de jeu sont impeccables et il m’est même arrivée de ne pas comprendre tout de suite que je devais reprendre la manette.

Côté gameplay, on change de personnages mais on ne change pas vraiment de façon de jouer. Je l’avais déjà souligné dans ma critique d’Uncharted 4, pour le coup j’aurai aimé quelques nouveautés dans cet épisode vu qu’on incarne Chloé…

En résumé, vous retrouverez le fameux grappin, le fait de pouvoir se cacher dans les hautes herbes et ainsi jouer en mode infiltration, utiliser toutes sortes d’armes à feu (un sabre hindou aurait été cool !) et bien sûr crapahuter partout pour découvrir toujours plus de trésors.

Comme pour Uncharted The Thief’s End, dans The Lost Legacy vous jouez en fait par paire. Nadine est toujours là pour filer un coup de main, tant dans l’exploration que lors des séquences avec les ennemis. Elle s’avère toujours utile et ne gêne pas le moins du monde la progression dans le jeu.

Côté nouveauté, Chloé est une adepte des smartphones, son téléphone vient remplacer le fameux carnet de voyageur de Nate et il lui permet notamment de prendre des photos des lieux qu’elle découvre avec Nadine (là où Nate prenait le temps de les dessiner).

Il y a d’ailleurs une zone particulièrement grande à explorer au cours du jeu et le gameplay s’apparente presque à du monde ouvert. Vous utilisez la jeep pour aller au quatre coins de la carte afin de résoudre l’énigme du chapitre.
J’ai bien aimé ce lieu, cela permettait de changer tout en conservant la dynamique propre à cet opus.

Cette zone est si vaste qu’elle permet de découvrir nombres de panoramas bien différents.

Parler de Nadine et Chloé est pour moi l’occasion d’évoquer à présent l’histoire du jeu. Je vous avoue que je n’étais pas du tout emballée par le personnage de Nadine Ross, qui était une antagoniste d’Uncharted 4.
Je la trouvais vraiment froide et loin d’être attachante et j’avais peur qu’elle gâche un peu mon expérience.

Loin s’en faut ! Naughty Dog a réussi l’exploit de complètement transformer la vision qu’on avait d’un personnage au contact d’un autre que l’on connaissait bien (pour peu d’avoir fait les autres Uncharted) : Chloé Frazer.

Chloé est un Nathan Drake au féminin. Chasseuse (ou voleuse ?) d’artefacts antiques, elle fait souvent preuve d’humour et d’auto-dérision pour détendre l’atmosphère, ce qui peut rendre folle Nadine comme vous pouvez vous en douter. Cette dernière, de formation militaire, est très sérieuse, autoritaire et un poil froide : on ne plaisante pas avec elle !

Ces deux caractères bien trempés vont devoir se supporter afin d’aller de l’avant. Les deux jeunes femmes sont à la recherche de la défense de Ganesh et son donc parties en Inde, en pleine guerre civile, pour tenter de mettre la main sur cette mystérieuse relique que cherchait déjà le père de Chloé, archéologue.
Nadine, quant à elle, y a trouvé le moyen de mêler aventure et rémunération.

La mercenaire va peu à peu s’assouplir et se détendre au contact de Chloé. Quant à cette dernière, rien ne pourrait vraiment la changer… Elles finiront par se confier l’une à l’autre ce qui donnera de jolies scènes de complicité.

Uncharted The Lost Legacy est pour nous l’occasion de voir naître une réelle amitié entre les deux jeunes femmes tout en découvrant l’histoire familiale de Chloé Frazer. J’ai beaucoup aimé cet épisode très orienté Girl Power cool et j’ai trouvé les héroïnes surprenantes de réalisme. J’ai fini par beaucoup les apprécier.

J’avais été bluffée par la relation fraternelle entre Nathan et Sam dans l’épisode précédent et j’ai été à nouveau touchée par cet autre genre de relation. Surtout que les deux femmes sont l’antithèse l’une de l’autre, ce n’était franchement pas gagné pour les voir complices.
Je me suis parfois reconnue en elles et, en y réfléchissant, je pense que j’ai justement préféré The Lost Legacy à The Thief’s End. Mais les deux jeux restent très bons.

Seul bémol, le bad guy de cet épisode m’a moyennement convaincue. Si son apparence laisse supposer intelligence et gentillesse, il n’en est rien. Je peux saluer la prise de risque sur le design du personnage qui permet d’abattre les clichés du genre : les apparences sont parfois trompeuses.
Question personnalité, Asav manque un peu de profondeur. Ses motivations me laissent perplexe et manquent d’originalité. Il souhaite trouver la défense de Ganesh pour la vendre au plus offrant. Rien d’étonnant mais il se donne beaucoup de mal pour une relique qui n’a aucune valeur sentimentale pour lui.
Il est en plus colérique, misogyne et n’hésite pas à frapper les femmes, plutôt deux fois qu’une, même si ces dernières se défendent vraiment bien !

Bref, je ne l’ai pas trop aimé mais sa présence dans le jeu reste plutôt anecdotique au final, il n’apporte pas grand chose, il permet juste de donner un peu d’action par moment.


Conclusion

Uncharted The Lost Legacy est vraiment une belle trouvaille et une fabuleuse expérience de jeu. On pourrait sans mal le nommer Uncharted 5 s’il ne s’inscrivait pas comme un spin-off de la saga originelle.

D’ailleurs, The Lost Legacy marque peut-être le futur des Uncharted puisque Naughty Dog a marqué un point final à l’histoire de Nathan Drake. Cette saga peut très bien nous raconter d’autres aventures de Chloé voir même d’autres chasseurs de trésors, pourquoi pas…

En tout cas, j’ai trouvé cet épisode vraiment réussi, celui que j’ai même préféré des cinq auxquels j’ai pu jouer, c’est dire ! Les lieux sont absolument magnifiques, il y a pas mal de passages émouvants, des moments de contemplation, on est le témoin de la naissance d’une belle amitié, on redécouvre complètement des personnages que l’on pensait connaître.

C’est vraiment une jolie histoire. Alors certes, il est aussi court que les 3 premiers Uncharted mais j’ai passé beaucoup plus d’heures pour ma part en cherchant tous les trésors, les photos à prendre, les conversations facultatives à débloquer, etc.

Vous serez peut-être un peu moins emballée que moi si vous êtes un homme car je pense qu’il faut une certaine sensibilité féminine pour vraiment apprécier les personnages. Mais soyez sûr(e) en tout cas que vous passerez un bon moment, d’autant plus si vous aimez cette saga.

Uncharted : The Lost Legacy - PS4

Uncharted : The Lost Legacy - PS4
9.4

Histoire

10.0 /10

Gameplay

9.0 /10

Musique

10.0 /10

Durabilité

8.0 /10

Addictif

10.0 /10

Aime

  • Chloé et Nadine
  • Graphismes somptueux
  • Scénario prenant
  • Gameplay efficace

Aime moins

  • Asav, l'antagoniste
  • Pas de grandes nouveautés de gameplay
Eve

Eve

Gameuse sur consoles de salon depuis près de 20 ans, webmaster et web designer dans la vie, j'ai souhaité partager ma passion des jeux vidéo ainsi que d'autres sujets dits "geek" dans mon propre site internet.

Articles pouvant vous intéresser...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.