Critique de Mass Effect Andromeda (PS4)

Mass Effect: Andromeda
Les Kerts, nouvelle espèce alien

Grande fan de la trilogie originale dont les premiers volets furent des exclusivités temporaires Xbox 360, c’est avec une grande excitation que j’avais vu sortir Mass Effect Andromeda il y a quasiment un an, soit le 23 mars 2017. La tentation fut grande pour l’acheter mais j’avais finalement jeté mon dévolu sur Horizon Zero Dawn.


L’enthousiasme ne dura néanmoins pas si longtemps puisque seulement quelques jours après cette sortie (voir bien avant pour les chanceux l’ayant en avant-première), les premiers retours des joueurs furent loin d’être positifs. Les animations des personnages étaient très inégales, voir « d’un autre temps » pour certains.

Le gameplay résolument Action est loin de faire l’unanimité et enfin le scénario de Mass Effect Andromeda semble moins bien conquérir le cœur des fans que celui très bien ficelé de la première trilogie.

De quoi faire « retomber le soufflé » comme on dit ce qui a pas mal écorné la belle réputation de la saga. A ce moment-là, je n’ai pas donc pas regretté d’avoir choisi l’excellent Horizon Zero Dawn, qui était sorti environ 15 jours avant, ce qui me permit de jouer à Mass Effect Andromeda seulement sept mois plus tard.

Pour tout dire, je pense avoir fait le choix qui s’imposait à ce moment-là angel car j’ai joué à une version patchée du jeu. Pour ma part, en 90 heures de jeu, je n’ai jamais eu de problèmes d’animations de mes personnages, la synchronisation labiale était très correcte (à la hauteur des précédents Mass Effect), les yeux ont été refaits pour paraître plus réalistes.

J’ai découvert un Mass Effect très bien réalisé techniquement parlant et j’ai été même très impressionnée par les planètes que j’ai visité !

A ceux et celles qui doutaient encore de savoir s’ils devaient l’acheter ou non pour cette raison, soyez rassuré(e)s, le patch corrige tous les défauts relevés le jour de la sortie.
Bien évidemment, il est fort dommage que MEA soit sorti en l’état car il a dû essuyer de nombreuses critiques qu’il aurait facilement pu éviter en sortant deux mois plus tard. On serait alors dans un tout autre cas de figure concernant la marque « Mass Effect ».

Une fois ces petits soucis techniques réglés, on se retrouve donc devant un jeu qui n’a pas du tout à rougir face à ses grands frères. Mass Effect Andromeda prend place environ 600 ans après Mass Effect 2. Des mécènes eurent l’idée folle de coloniser des mondes dits « en or » dans la lointaine galaxie d’Andromède devant la menace grandissante qu’incarnaient les Moissonneurs (dans la première trilogie).

Cinq arches pleines de colons cryogénisés furent donc construites et entamèrent les 600 ans de trajet galactique. Humains, Galariens, Asaris, Turiens et Krogans ne furent pas déçus du voyage puisqu’en arrivant sur place, ils se heurtèrent de plein fouet au « Fléau », une espèce de grande toile noire s’étendant sur toute la galaxie et détruisant tout sur son passage, sans compter les « Kerts », une espèce autochtone loin d’être amicale.

C’est dans ce contexte que vous incarnez le pionnier humain (en gros : le chef explorateur de l’arche humaine) afin d’aller visiter les mondes de rêves, repérés 600 ans plus tôt, mais beaucoup de choses ont changé…

Personnellement, j’ai bien aimé l’histoire principale. Rappelons que Mass Effect Andromeda est le premier volet d’une nouvelle trilogie, comme le fut Mass Effect 1 à son heure. On ne peut donc décemment pas comparer le scénario de MEA avec Mass Effect 3 !

Le 3 étant la conclusion ultra épique d’une première trilogie menée tambour battant, il fallait s’attendre à être un poil déçu ou à retomber de son piédestal. Moi, je m’y attendais, donc j’ai pu apprécier ce quatrième volet à sa juste valeur : une introduction.

Je vais donc le comparer au premier volet. Sur de nombreux points, Mass Effect Andromeda est aussi bon. Un scénario intéressant avec quelques surprises qui ne demande qu’à s’étoffer dans les prochains volets, un gameplay relativement efficace même s’il aurait besoin d’être fignolé.

Je regrette par contre le manque d’audace et d’originalité concernant les deux nouvelles espèces aliens : les Kerts et les Angaras. Ces derniers sont de forme humanoïde, avec deux yeux, un nez, une bouche et s’expriment comme les autres grandes races de l’Espace Concilien (un traducteur automatique fait qu’ils parlent « français » mais il est mal intégré à l’histoire). Dans la première trilogie, j’avais apprécié de découvrir les Elcors, les Quariens ou encore les Hanaris, trois espèces un peu plus originales.

De même, on connaissait les Geth dans la première trilogie, ici les « Reliquats » tiennent le rôle de race robotique pas vraiment sympathique que l’on retrouve un peu partout (en plus des Kerts)…

A part ça, vos missions consisteront à établir des avant-postes sur les différents mondes à coloniser. Le hic c’est que le climat de ces mondes a été déréglé et qu’il faudra trouver le moyen de rétablir des conditions optimales avant de repeupler.

Les coéquipiers qui nous accompagnent sont pour le moins sympathiques mais ils n’ont rien de très original. Certains ne sont que des redites d’autres coéquipiers que nous avons bien connu. Néanmoins, ils ont tous leur caractère propre qui se dégage bien quand on a fait leur quête respective et deviennent attachants au fil des heures.

On aura la chance notamment de découvrir des turiennes et des krogans femelles, ce qui n’avait pas été le cas dans la première trilogie il me semble.


Conclusion

Je dirai que Mass Effect Andromeda est aussi bien réussi que Mass Effect 1. Il a en plus la puissance de cette génération de consoles mais ne dispose pas de l’effet de surprise qui avait grandement contribué au succès du premier volet. En effet, les fans connaissent déjà bien l’univers et, même si on parcourt les planètes d’une toute nouvelle galaxie, trop peu d’éléments nouveaux viennent redonner un coup de frais à une saga déjà bien ancrée dans l’esprit des joueurs.

ME Andromeda est donc une belle introduction à une nouvelle histoire, qui on l’espère, saura prendre autant d’ampleur que celle des Moissonneurs. Je ne suis pas trop inquiète mais je reste quand même réservée sur l’avenir de la saga si BioWare ne fait pas l’effort de sortir ses jeux parfaitement terminés…
Cette version patchée est dans tous les cas très correcte, comptez environ 80 à 90 heures pour faire toutes les quêtes annexes et une cinquantaine (voir peut-être moins) pour finir l’histoire principale.

Mass Effect Andromeda - PS4

Mass Effect Andromeda - PS4
7.5

Histoire

7.0 /10

Gameplay

6.5 /10

Musique

8.0 /10

Durabilité

10.0 /10

Addictif

6.0 /10

Aime

  • Une histoire prometteuse
  • Jolis environnements
  • Gameplay nerveux
  • Pleins de quêtes
  • L'univers Mass Effect

Aime moins

  • Le jeu reste une introduction
  • Sorti en étant plein de bugs
  • Manque d'originalité des nouvelles races
  • Un peu trop long
Eve

Eve

Gameuse sur consoles de salon depuis près de 20 ans, webmaster et web designer dans la vie, j'ai souhaité partager ma passion des jeux vidéo ainsi que d'autres sujets dits "geek" dans mon propre site internet.

Articles pouvant vous intéresser...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.