Avis Livre Dark Souls : Par-delà la mort

Livre Dark Souls
Damien MECHERI – Sylvain ROMIEU

Dark Souls
Par-delà la mort

Genre : Analyse/Décryptage Jeux vidéo
Date de parution : 11/06/2015
ISBN : 979-1094723098
Prix : 19.90 €
Pages : 328
Editeur : Third Editions

 

« Vous êtes mort. »

Joueur chevronné ayant arpenté les contrées de Boletaria, de Lordran ou de Drangleic, vous avez eu maintes occasions déjà de lire ce message.

Demon’s Souls, Dark Souls I et II : réputée pour son exigence, la série n’est effectivement pas à mettre entre toutes les mains. Contrairement aux idées reçues, néanmoins, ce n’est pas la difficulté implacable qui doit repousser les moins courageux : il est vrai que survivre dans ces jeux n’est pas chose aisée ; pourtant, n’importe qui, avec persévérance, patience et application, peut y parvenir. En vérité, l’exigence de la série tient plutôt à la confiance qu’elle place dans le joueur. L’ampleur et la beauté de ces jeux, celui-ci ne les découvrira qu’en s’y investissant pleinement, en fonction de sa sensibilité et de ses attentes.

Souvent victimes de malentendus, les Souls offrent en réalité bien plus qu’une épreuve ardue censément réservée aux plus téméraires. C’est ce qu’entend montrer cet ouvrage à travers la présentation détaillée et l’analyse minutieuse de ces oeuvres foisonnantes. De leur univers si riche à leurs systèmes de jeu d’une grande intelligence, en passant par leur dimension artistique exceptionnelle, les Souls puisent leur excellence dans l’alchimie qui lie ces éléments. Ils rappellent que le jeu vidéo, par le biais de l’interactivité, du dialogue entre jeu et joueur, peut donner à vivre des expériences intenses et mémorables.


Critiquer un livre écrit par des fans pour des fans. L’exercice paraît difficile lorsqu’on se rend compte, après lecture, combien les deux auteurs, Damien Mecheri et Sylvain Romieu, sont de fervents passionnés des jeux de From Software et plus particulièrement de l’univers imaginé par Hidetaka Miyazaki.

Une analyse détaillée de l’histoire et de l’univers créés par Miyazaki

Les hypothèses et autres conjectures pour expliquer les histoires oh combien mystérieuses de Demon’s Souls à Dark Souls II ont été mûrement réfléchies et rédigées avec soin. Elles permettent notamment de faire la lumière sur de nombreux points encore trop nébuleux pour les joueurs, même les plus assidus. Et c’est avec un plaisir certain qu’on se replonge dans l’univers torturé de Hidetaka Miyazaki grâce aux descriptions de personnages emblématiques de chaque titre et lieux dans lesquels sont trépassés bon nombre d’aventuriers.

Livre Dark Souls

De beaux artworks illustrent les chapitres

En plus de ce rappel des plus appréciables, les auteurs ont poussé leur analyse plus loin en se demandant quelles ont été les influences culturelles ayant amené à l’élaboration de chacun des jeux, que ce soit tant au niveau du scénario, qu’à celui du level design ou de la bande son. Sans surprise, on retrouve surtout l’influence de H.P. Lovecraft (le maître de la dark fantasy) et de la mythologie nordique et occidentale, thèmes chers à l’équipe de FromSoftware. On retrouvait déjà les bases de cet univers dans les King’s Field, première saga du studio japonais.

J’ai beaucoup aimé lire l’interview d’ExServ, YouTubeur spécialisé dans la réalisation de guide vidéo pour chaque Souls et aujourd’hui journaliste à Gamekult. Damien Mecheri et Sylvain Romieu ont souligné l’importance de la communauté autour de ces jeux vidéo qui a amplement participé au succès de ces derniers mais aussi à leur amélioration, d’épisode en épisode.

From Software : l’histoire d’un studio japonais

Dans Dark Souls Par-delà la mort, on apprend beaucoup de choses et notamment tout l’historique du studio de développement jusqu’à aujourd’hui, chose dont on passe souvent à côté en tant que joueur.

Le livre se conclut sur les futurs projets de FromSoftware, de la sortie prochaine de Bloodborne, héritier des Souls (le jeu n’était pas encore sorti au moment de la rédaction du livre) et du renouveau de la série ainsi que sur un potentiel Dark Souls III, dont on sait aujourd’hui qu’il est bel et bien prévu et qu’il devrait sortir en 2016.

Un livre inestimable pour les fans

Livre Dark Souls

La mise en forme est soignée

En conclusion, j’ai lu un livre que j’ai trouvé vraiment intéressant de bout en bout et qui s’adresse, c’est vrai, qu’à un profil assez particulier de lecteur : les joueurs ayant terminé les divers jeux de la série des Souls et qui se trouvent être, en plus, passionnés par cet univers. On pourrait croire que le livre ferait un flop mais c’est sans compter sur le soutien de la communauté française qui, je n’en doute pas, s’est arraché le livre dès sa sortie. Tous ces gens ont eu raison car c’est une œuvre de grande qualité qu’a publié Third Editions et j’espère que l’exploit sera réédité pour d’autres sagas de jeux vidéo. D’avance merci joyful.

Eve

Eve

Gameuse sur consoles de salon depuis près de 20 ans, webmaster et web designer dans la vie, j'ai souhaité partager ma passion des jeux vidéo ainsi que d'autres sujets dits "geek" dans mon propre site internet.

Articles pouvant vous intéresser...

7 Commentaires

  1. Karim dit :

    Hello !

    Je découvre tout juste un blog fort intéressant (découvert sur le TL de Third Editions) et j’ai déjà parcouru quelques articles. Je trouve le ton frais et agréable.

    Mais pour t’embêter un peu, mon premier commentaire sera pour souligner un désaccord :p

    J’ai lu Dark Souls : par delà la mort. Tu indiques que c’est un livre qui parlera surtout aux fans du jeu. Je crois qu’il peut intéresser un plus large public.

    J’ai apprécié le livre et je n’ai pas vraiment joué aux jeux de la saga, à peine 10 minutes au premier. Je dois avouer que je ne suis pas à l’aise avec la licence. Je n’adhère pas à sa philosophie et je la trouve trop exigeante pour moi. Dans un RPG j’aime qu’il y ai des coupures, des temps de pauses où on se père au milieu de PNJ à faire des emplettes dans des magasins.

    Les Dark Souls, ainsi que Bloodborne constituent un immense donjon interminable, je trouve ces jeux éreintant physiquement et psychologiquement, ainsi je fais partis de ceux qui abandonnent assez vite. C’est moche, je sais.

    Le livre de Third Editions était donc une aubaine, le moyen pour moi de plonger dans ces univers ! C’est vrai, les Dark Souls ont beaucoup à offrir, avec une narration du « Non dit », en filigrane, ce sont les environnements qui parlent, le level design. Et je voulais en savoir plus.

    Le livre permet de le faire sans y jouer. Certes c’est un peu de la triche. Cependant le livre a réussi à rendre ces jeux plus intéressant à mes yeux, et m’a même poussé à me faire un peu violence sur Bloodborne.

    Donc fan ou pas, adeptes ou non des jeux de From Software, je conseille à tous le monde de ce jeter sur ce livre qui viendra sans doute éclairer de nombreuses zones d’ombres pour ceux qui ont tenté l’aventure ou qui expliquera aux autres, avec brio, pourquoi cette saga est si marquante.

    • Eve Eve dit :

      Tout d’abord, merci pour ton commentaire. Je suis étonnée qu’une personne n’aimant pas ce style de jeu ait investi dans un tel livre mais j’en suis ravie !
      Effectivement le rythme est soutenu dans un Souls mais tu peux néanmoins faire des pauses et souffler aux divers feux de camp ou sanctuaire. La sensation de telles pauses s’en trouve d’ailleurs décuplée quand on ressent réellement du stress et du danger !

      Si tu aimes l’univers, fais toi violence et essayes de supporter ces montées de stress et d’adrénaline car tu découvrira une super ambiance et étrangement un vrai dépassement de soi. Tu apprendras la prudence et l’humilité, le technique et la réflexion. Les boss t’enseigneront la pugnacité et la persévérance ainsi qu’un très fort sentiment de bonheur temporaire après les avoir vaincu. Très peu de jeux font ressentir autant d’émotions fortes comme celles-ci et je vois chaque aventure comme un voyage initiatique.

      Considères-toi comme un aventurier qui doit affronter des épreuves et qui doit y survivre. Tu seras étonné d’y penser même en dehors de tes sessions de jeu, en cours ou au taf et tu auras hâte d’essayer tes nouvelles stratégies en rentrant à la maison !

      Encore merci pour ta réaction, ça fait plaisir de pouvoir échanger 🙂

  2. Karim dit :

    Je vais suivre ton conseil, la première étape sera de finir Bloodborne. Je verrai ensuite pour les Dark Souls. Qui sait, peut-être que je craquerai suite à ton (probable ?) futur test du troisième opus et que je l’achèterai :p

    Tout le plaisir est pour moi 🙂

    • Eve Eve dit :

      Pour le coup, Bloodborne est plus nerveux qu’un Souls et le gameplay est vraiment axé sur l’attaque. Avec les Souls, tu peux jouer plus en défense avec les boucliers, les lances, ou à distance avec la magie.
      Le rythme de jeu est un peu plus lent et c’est peut-être mieux pour commencer ce genre de jeu.
      Par contre, ce n’est pas plus facile pour autant, c’est juste différent.

  3. Jeremiah dit :

    J’ajoute mon expérience personnelle sur le premier darksoul. Il est vrai qu’il est punitif mais jamais injuste, les combats avec les boss sont toujours impressionnants, les feux présentent un havre de paix toujours bienvenu (et très souvent souhaité). On peut demander de l’aide à d’autres joueurs (grands moments partagés avec mon petit frère, grands fou rire aussi) ou des PNJ. Le monde offre un belle liberté d’exploration où tout est  » connecté ». Je suis d’accord, on rage souvent et la phrase » vous êtes mort » fini gravée sur la rétine. On souffle un coup. Et on relance. Je dois reconnaître que darksoul m’a appris la persévérance ( je finissais rarement mes jeux avant). Et on a tous une petite anecdote à raconter, une émotion partagée qui nous fait dire  » oui je sais ce que tu as vécu, j’ai vécu la même »

    • Eve Eve dit :

      Entièrement d’accord avec toi ! Je crois que le fait que le jeu ne soit jamais INJUSTE est justement le clé du gameplay. Je me rappelle avoir joué à de nombreux jeux de plateformes dans ma jeunesse et je me souviens être souvent dégoûtée quand je devais sans cesse recommencer des passages parce que j’avais l’impression de bien jouer mais de rater un saut par un quelconque mystère…
      Dans un Souls c’est tout le contraire, on meurt peut-être souvent, mais à chaque fois on sait pourquoi on meurt : soit parce que c’était un nouvel ennemi jamais rencontré jusqu’alors et qu’on ne connaissait pas son pattern, soit parce qu’on s’est pris un piège, soit parce qu’on a mal géré, etc…

      Ce qui donne toujours envie de recommencer sans être saoulé. C’est la grande force de ces jeux, ce qui donne ce sentiment de dépassement de soi, de voyage.

  4. Jeremiah dit :

    Soit dit en passant, avant darksoul, je n’avais jamais utilisé le mot « pattern ». Maintenant c’est devenu courant 😉 . Et aussi pour rebondir sur ce que tu dis, ce jeu est arrivé je pense pendant une période de « simplification » des jeux, il ne faut pas frustrer le joueur. Quand tu rejoues aujourd’hui à un another World, tu deviens vraiment fou par moment et je me dis que pour l’époque ça a dû être difficile pour les jeunes qui découvraient le jeu vidéo. Remarque c’était la norme aussi je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.