Critique film : Miss Peregrine et les enfants particuliers

Miss Peregrine et les enfants particuliers

A l’affiche depuis plus de deux semaines à présent, Miss Peregrine et les Enfants Particuliers est le dernier-né du génie réalisateur Tim Burton. Adaptation de la trilogie littéraire de Ramson Riggs, publiée en 2011.

À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs…  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.Allociné

Si vous avez lu les livres ou tout du moins le premier tome, sachez que Tim Burton a adapté seulement le premier tome en imaginant une fin différente afin de pouvoir conclure son film sans y apporter de potentielle suite. Vous risquerez donc d’être surpris par la tournure des événements dans les dernières 30 minutes, qui vous paraîtront quelques peu étranges, reflet de l’esprit imaginatif du réalisateur. feeling-loved

Personnellement, je n’ai pas lu les livres dont je ne connaissais même pas l’existence pour être honnête. Je ne suis pas, non plus, particulièrement passionnée par le travail de Tim Burton même si j’aime bien ce qu’il fait. J’ai voulu voir ce film avant tout pour Eva Green, qui est une de mes actrices préférées, mais aussi parce que c’est un film fantastique et que j’adore la fantasy (vous commencez à me connaître ! silly).

C’est donc sans a priori aucun que je me suis rendue au cinéma, prête à passer deux belles heures de divertissement. Le film commence doucement et pose les bases du scénario. L’histoire se lance vraiment à la mort du grand-père de Jacob, le héros de l’histoire. Pas de spoiler ici puisque ça se passe encore au début du film, soyez rassuré.

Asa Butterfield, dans le rôle de Jacob, est plutôt convainquant sans être extraordinaire. Il faut dire que Eva Green (Miss Peregrine) et Ella Purnell (Emma, la jeune fille de l’air) lui volent la vedette dès qu’elles apparaissent à l’écran.
On reconnaît bien là le genre d’héroïne qu’affectionne tout particulièrement Tim Burton. Un faciès mystérieux, un regard enivrant, une certaine innocence…

Eva Green interprète là un rôle proche de celui de Vanessa Ives (Penny Dreadful). Il aurait mérité certainement plus de profondeur à la hauteur de son talent. Le film a beau porter le nom de son personnage, elle fait figure de second rôle et on aurait aimé la voir plus souvent à l’écran, les enfants particuliers prenant pas mal de place.

Si vous êtes fan de Tim Burton, vous ne serez certainement pas déçu par Miss Peregrine et les enfants particuliers. On y retrouve l’ambiance sombre caractéristique de ses films ainsi que son design « signature » dans les vêtements, coiffures et accessoires utilisés.
Faites attention d’ailleurs à ne pas emmener d’enfants trop jeunes avec vous, ils risqueraient de faire des cauchemars après la visualisation du film. Concernant les grands, pas de risque a priori même si certaines scènes sont assez dégoûtantes.

Pour en revenir à l’histoire, le film est plutôt bien équilibré au niveau du rythme avec une montée en puissance sur la fin. On sent quand même que le final ne vient pas du roman d’origine car il est assez rapidement expédié et en contradiction avec la clarté du début où l’on comprenait sans mal les différents éléments scénaristiques. On est d’ailleurs un peu perdu dans la ligne temporelle une fois le générique à l’écran.

On regrettera aussi l’histoire d’amour un peu clichée entre deux des personnages mais le scénariste a fait en sorte que cela ne tombe pas trop dans la mièvrerie. C’est mignon mais sans plus.

Malgré tout, Miss Peregrine et les enfants particuliers reste un bon film de Tim Burton où l’on reconnaîtra sa patte artistique sans problème, de beaux effets spéciaux, pas de temps morts ennuyeux, des personnages plutôt attachants et quelques petites touches d’humour bienvenues. Je suis plutôt bon public et il en faut beaucoup pour me déplaire, donc à vous de voir si ma critique vous a donné l’eau à la bouche ou non…

Eve

Eve

Gameuse sur consoles de salon depuis près de 20 ans, webmaster et web designer dans la vie, j’ai souhaité partager ma passion des jeux vidéo ainsi que d’autres sujets dits « geek » dans mon propre site internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.