Critique film : Kingsglaive Final Fantasy XV

Kingsglaive Final Fantasy XV
Ce prologue vaut-il le coup d’œil ?

Arlésienne du jeu vidéo depuis maintenant dix ans, Final Fantasy XV connu à l’époque sous le nom de Versus XIII, est sur le point de sortir en « chair et en os » dans quelques jours sur PS4. Quoi de mieux pour se mettre en appétit que de regarder Kingsglaive, film entièrement en images de synthèse, dévoilé pendant l’événement Uncovered à Los Angeles le 30 mars dernier et servant de prologue à l’histoire qui nous sera contée dans Final Fantasy XV.


Dès les premières secondes du film, on prend une véritable claque graphique d’autant plus si vous possédez une TV UHD 4K. Square Enix ne perd pas sa place de roi du graphisme avec ce projet. Bien sûr, tout beau qu’il est, Kingsglaive ne prétend pas être photoréaliste. Il garde la patte « Final Fantasy » et ses personnages aux dimensions physiques quasiment parfaites.

On peut tout de même constater un réel effort sur les textures et notamment celles du visage, sublimées par la capture de mouvement. On peut voir sans problème le grain de la peau, les rides d’expression et de vieillesse, les barbes de trois jours, etc… Cela change des précédentes productions de SE où les visages restaient très lisses et se ressemblant tous plus ou moins.

Le reste de l’univers est absolument grandiose et on se demande parfois s’il s’agit réellement d’images de synthèse lorsqu’on observe des environnements urbains ou la magnifique Audi R8 plus vraie que nature. L’univers de FFXV semble réellement riche et le level design est plutôt très inspiré. A voir si cela se confirmera dans le jeu…

Chaque plan fait briller nos yeux de gamer ! Les téléportations avec les armes, que l’on a pu appréhender dans la démo de Final Fantasy XV, sont reprises dans le film et donnent une dimension verticale des plus ingénieuses aux affrontements.

Côté histoire, Kingslaive se déroule avant les événements de Final Fantasy XV comme vous le savez peut-être déjà. Le défi pour Square Enix était de pouvoir mettre en place l’univers et le contexte dans un film de deux heures sans que cela vampirise complètement l’intrigue.

Je suis plutôt satisfaite du premier quart d’heure, je n’ai pas eu de mal à comprendre les enjeux politiques entre le Royaume du Lucis (dont Noctis est le Prince) et l’Empire de Nilfheim, qui souhaite étendre ses territoires. D’autant plus que je ne m’étais pas trop renseignée sur l’histoire du jeu afin de garder au maximum le plaisir de la découverte. feeling-loved
Cette introduction ne parasite donc en aucune façon le film.

Au-delà de ces enjeux, Kingsglaive se penche avant tout sur une section spéciale du corps armé du Royaume du Lucis, qui porte justement le nom de Kingsglaive (l’épée des rois ou l’épée du roi). On y découvre Nyx et quelques-uns de ses compagnons, immigrés, contraints de venir se réfugier à Insomnia (la capitale du Lucis) après que la guerre ait dévasté leur village.

Le film s’attarde notamment sur la place des immigrés dans une société en guerre avec son voisin, la loyauté, la traîtrise, la manipulation ou encore les liens amicaux et la confiance. Exit donc Noctis et ses petits copains, qui auront bien évidemment leur moment de gloire dans FFXV.

L’intrigue, c’est vrai, n’est pas franchement originale et on voit venir sans surprise l’élément perturbateur qui va tout faire basculer. Néanmoins, Kingsglaive a su me captiver du début à la fin grâce à un rythme soutenu et des combats qui feront pâlir ceux de FF VII Advent Children.

Nyx est impressionnant et on s’attache vite à ce héros finalement pas si différent de nous. Les antagonistes sont plutôt crédibles même s’ils restent encore un peu trop clichés (le général Glauca, l’empereur).

En conclusion, je ne saurais trop vous conseiller ce film si vous avez l’intention de jouer à Final Fantasy XV. J’ai eu l’impression de retomber en enfance pendant ces deux heures, comme lorsque j’avais découvert Advent Children. Il y a une certaine magie et un véritable esprit Final Fantasy dans ce film qui, je pense, raviront les fans.

Si vous ne voulez pas jouer à FFXV, peut-être pouvez-vous le regarder tout de même pour apprécier les graphismes de haute voltige ! in-love

La visualisation de l’anime Brotherhood est un plus mais vous pouvez facilement vous en passer pour Kingsglaive puisqu’il n’y a pas vraiment de rapport entre les deux projets. Brotherhood vous raconte l’enfance de chacun des membres de la bande de Noctis.

Eve

Eve

Gameuse sur consoles de salon depuis près de 20 ans, webmaster et web designer dans la vie, j’ai souhaité partager ma passion des jeux vidéo ainsi que d’autres sujets dits « geek » dans mon propre site internet.

Articles pouvant vous intéresser...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.