Critique : Assassin’s Creed, le film

Assassin's Creed le film

Oui je sais je suis trèèèèèès en retard concernant cette critique hard-laugh. A vrai dire, j’avais très envie au départ de la rédiger mais j’ai fini par zapper et ne m’en rappeler seulement aujourd’hui.
Surtout que ce n’est pas souvent que l’actualité cinématographique s’intègre parfaitement au sujet de ce blog ! C’est vrai après tout, il est assez rare que j’évoque des adaptations de jeux vidéo au cinéma.

Le sujet d’aujourd’hui est donc l’adaptation de la célèbre franchise vidéo-ludique Assassin’s Creed, créée par Ubisoft Montréal, en film. L’œuvre de Justin Kurzel est sortie le 21 décembre dernier (4 ans exactement après la supposée fin du monde, faut-il y voir un signe ?) et les deux têtes d’affiche, Michael Fassbender et Marion Cotillard, sont les mêmes que son précédent film Macbeth sorti fin 2015.

J’ai découvert la série de jeux avec le premier Assassin’s Creed sur Xbox 360 et j’ai ensuite joué à la trilogie d’Ezio Auditore qui prend principalement place en Italie, pendant la Renaissance. Je me suis arrêtée là, pas plus enthousiasmée que ça par l’évolution de l’intrigue et du gameplay. Je trouve les jeux que j’ai fait plutôt bons en vérité mais pas assez pour me donner l’envie de continuer plus avant dans la saga, même si les différentes époques traitées ont l’air sympathiques.

C’est donc en joueuse plus ou moins avertie que je suis allée voir ce film. Comme je n’ai fait que quatre jeux, je ne suis pas hyper à cheval sur les détails concernant la pomme d’Eden, l’artefact mystérieux et incroyablement puissant que l’on a l’occasion de voir durant l’aventure.

Il faut savoir que l’histoire du film se focalise sur un assassin totalement inédit de la franchise : Aguilar, lors de l’Inquisition Espagnole au XVème siècle. Son descendant actuel n’est autre que Callum Lynch, condamné à mort et sauvé dans le plus grand secret par l’organisation ennemie des Assassins : Les Templiers, dont la façade publique n’est autre que la multinationale Abstergo.

Les Templiers souhaitent mettre la main sur la Pomme d’Eden, un artefact prodigieux leur permettant de refaçonner le monde à leur image et scrupuleusement protégé par l’ordre des Assassins. Le dernier assassin connu à l’avoir possédée n’était autre que ce cher Aguilar.

Grâce à une machine ultra sophistiquée nommée Animus, une personne est capable de revivre les souvenirs de la vie de son/ses ancêtre(s), probablement stockés dans ce qu’on appelle une mémoire génétique. Ne sachant pas trop où il a atterrit, Callum Lynch va se prêter gentiment à l’exercice, sans se rendre compte de l’implication de ses actes…

Ne tournons pas autour du pot, le film est plutôt une bonne adaptation des jeux (et elles se font rares !). Michael Fassbender est très convaincant dans ses deux rôles et est franchement méconnaissable lorsqu’il interprète Aguilar : cheveux bruns, yeux marrons, peau burinée par le soleil, difficile de reconnaître le bel Apollon dans sa tenue d’Assassin du XVème siècle !

Marion Cotillard, quant à elle, nous offre une prestation très moyenne desservie surtout par un doublage français des plus médiocres ! L’actrice joue en effet en anglais et est obligée ensuite de faire ses propres doublages français. On pourrait penser que c’est un atout pour une actrice de se doubler elle-même puisqu’elle est la mieux placée pour retranscrire l’émotion d’une scène, mais il n’en est rien.

J’aurais d’ailleurs préféré qu’une doubleuse professionnelle intervienne sur ce film au vue de la prestation de Marion Cotillard. Tout au long du film, j’ai eu la désagréable impression que le personnage de Sofia (celle qui conduit les expérimentations avec l’Animus) planait constamment, complètement shootée !

Tellement à l’opposé du personnage, ce n’était pas crédible une seconde. Sofia est sensée être une scientifique de renom, talentueuse, un poil réservée certes, mais certainement pas à deux de tension ! Disons-le clairement : ça faisait « mal joué / mal doublé ».

J’aimerais vraiment regarder à nouveau Assassin’s Creed le film en VOSTFR pour voir si son jeu en anglais est le même. Concernant l’interprétation en elle-même, j’ai trouvé que ça passait mais mes amis l’ont trouvé vide et peu inspirante.

C’est le seul point noir que j’ai relevé sur ce film. La réalisation est bonne avec de jolies scènes qui rappellent souvent les jeux vidéo (saut de la foi, courses-poursuite en carriole, lame secrète, pirouettes…). L’image est aussi bien étudiée puisque les scènes dans Abstergo sont très froides avec des lignes épurées, des couleurs blanches, bleues, grises alors que toutes les scènes concernant les souvenirs d’Aguilar sont teintées d’orange, de jaune, de beige avec une Espagne du XVème siècle très bien retranscrite.
On a un peu le même effet que dans le dernier Mad Max (image froide la nuit opposée à celle très chaleureuse de la journée).

Tous ces beaux décors participent à l’immersion, mention spéciale aux costumes des Assassins, que je trouvent parfaitement fidèles à l’oeuvre originale. L’Animus est quant à lui différent des jeux vidéo mais je trouve l’idée bien meilleure dans le film !

J’ai beaucoup aimé la bande originale du film aussi, chose dont je fais rarement attention mais qui, ici, a su me captiver.

La prestation de Jeremy Irons reste anecdotique et les divers personnages secondaires ne sont ni marquants ni attachants, dommage. concerned

En conclusion, ce film est plutôt une bonne adaptation des jeux Assassin’s Creed avec un personnage central inédit qui conviendra à peu près aux fans de la série. Par contre si vous voulez le voir pour Marion Cotillard, sachez que ce n’est certainement pas une de ses meilleures prestations. Bref, un bon film, sans plus. Gageons que les suites seront plus réussies !

Eve

Eve

Gameuse sur consoles de salon depuis près de 20 ans, webmaster et web designer dans la vie, j'ai souhaité partager ma passion des jeux vidéo ainsi que d'autres sujets dits "geek" dans mon propre site internet.

Articles pouvant vous intéresser...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.